Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

24/01/2013

Le flamboyant de l'église de Paea

Les flamboyants sont en fleurs depuis la fin 2012, cela donne des touches de couleur orange magnifiques..

DSC_5775.JPGDSC_5772.JPG

Le coq de la maison

Ici, les coqs et poules se baladent de jardin  en jardin, sans souci. Même si le coq chante à toute heure, il est très utile pour manger les cent pieds (une sorte de mille pattes venimeux à éviter, car sa piqûre vous emmène directement à l'hôpital) et les cadavres de cafards ainsi que d'autres insectes...

DSC_0004.JPGDSC_5783.JPG

22/01/2013

Tempête tropicale Garry : on connaîtra sa trajectoire définitive mercredi

En ce moment, tout le monde s'inquiète ici de la trajectoire de la tempête tropicale Garry, qui est née au large de Wallis et Futuna il y a quelques jours et se dirige vers le Sud-Est, donc vers la Polynésie française, mais  en passant pour l'instant à plus de mille kilomètres de Tahiti. Les Nouvelles ont même versé dans le catastrophisme avec leur Une d'aujourd'hui (voir ci-dessous). Mes collègues, qui résident au fenua depuis plus de 20 ans, ne croient pas à une menance de cyclone et pensent que ce monstre de pluies et de vents, nous frolera et apportera juste une forte houle à Tahiti. Par contre, pour les Australes, situées plus au sud, le risque est plus grand. On verra. Météo France sera en mesure de répondre à toutes nos interrogations dès mercredi (demain). En attendant, wait and see.

Ci-dessous la carte de Météo France avec la trajectoire actuellement prévue. Tahiti est le point noir à droite le plus éloigné.

garry.jpeg.jpgBIGLNT[1].gif

Saison des pluies, c'est aussi la valse des virus !

Gastro violente, rhume interminable, otite douloureuse, infection au staphylocoque doré... Toutes ces belles maladies sont fréquentes en saison sèche à Tahiti, mais elles s'épanouissent encore plus en saison humide. Sans compter les cas qui peuvent être gravissimes de leptospirose, une maladie que l'on attrape en mettant une plaie au contact d'une eau infectée par de l'urine d'animaux (rats, chats, etc). Et la sacrée grippe va bientôt se développer, heureusement après que les matahiapo (anciens) ont reçu leur vaccin gratuit.

Bref, quand en Europe, on lie les maladie au froid hivernal, ici c'est plutôt l'été qui peut être infernal. La forte chaleur et l'humidité élevée entraînent une valse des virus comme j'en ai peu vu dans ma vie. En fait, avec nos pauvres anti-corps adaptés à l'Europe, nous ne pesons pas lourds face aux maladies locales. Depuis mon arrivée au fenua, je rencontre mon médecin entre 2 et 3 fois par mois et le budget pharmacie-consultation est devenu pour la famille l'une des dépenses les plus importantes après le loyer et les courses hebdomadaires. On est donc plus malade qu'en France. Et on comprend mieux pourquoi le peuple marquisien, qui comptait près de 100 000 membres, avant l'arrivée des Européens, a été décimé en quelques décennies par les maladies importées, pour n'atteindre que 2 000 membres au 20e siècle, avant de connaître ensuite un nouveau bond démographique. Merci les médicaments ! Ceci dit, ces petits problèmes n'enlèvent en rien mon plaisir de vivre au fenua, je dois seulement attendre quelques années pour que mes anti-corps deviennent véritablement "locaux"...

"La pluie, c'est la vie !"

Ce matin, en conduisant ma fille cadette à l'école, je l'écoutais chanter à tue tête le titre culte de Gilbert Montagné, « Sous les sunlights des tropiques », et en regardant le ciel gris et bas, qui cache la montagne, je me demandais : mais ou est donc passé le soleil ?

Depuis début décembre, une saison des pluies bien plus forte que l'année dernière mais sans être exceptionnelle, a pris ses quartiers et arrose avec une grande régularité la verte Tahiti. Il en faut de l'eau pour que la flore magnifique se développe. Et, quand nous Européens assimilons la pluie à une gêne et un risque de prendre froid, ici les Polynésiens voient ce phénomène comme une bonté de Dieu. Une fois, je lance un petite vanne métropolitaine à un de mes collègues qui arrive au bureau :

- Alors tu nous amène la pluie !

Il me répond tac au tac :

- Mais, non, je t'apporte la vie.
Et oui, ce n'est pas pour rien si la saison humide est également appelée « la saison de l'abondance » et que la levée des pléiades, fin novembre, (début de la saison des pluies) est l'occasion d'organiser des réjouissances et de remercier le ciel. La saison humide est abondante, car les arbres donnent plus de fruits et que les poissons sont plus nombreux et plus faciles à pêcher qu'en saison sèche. Ainsi, tout le monde peut manger à sa fin. Récemment aux Marquises, notre guide nous expliquait que la grande crainte des anciens était la sécheresse, avec tous les risques de famine que cela engendrait. Quand cela arrivait, les tribus des différentes vallées se réunissaient au marae et organisaient des cérémonies rituelles pour implorer les Dieux. Ce peuple polynésien, qui a su vivre sans l'aide de quiconque pendant des siècles  n'oublie pas encore aujourd'hui, malgré la société de consommation, le secret de sa prospérité ancestrale : la pluie !

29/12/2012

Cadeau de Noël : le ciel bleu et le soleil sont revenus

Après deux semaines très humides, dont quatre journées de déluge (250 mm de précipitation en 48 heures), le ciel bleu et un soleil resplendissant sont réapparus ce mardi 25 décembre 2012. Un beau cadeau de Noël. Mais, attention : nous commençons la saison des pluies, ce qui signifie que même dans les belles et chaudes journées, au moins deux ou trois courtes averses peuvent s"abattre, sans que cela gâche la journée. Une demie-heure après, l'eau s'est déjà évaporée...

nb : pour info, j'ai été trop optimiste pour ce 25 décembre, car l'après-midi  a été aussi pluvieuse que la matinée avait été ensoleillée. Des averses importantes ont touché toute la côte ouest, de Mahina à Papara. Le temps se remet au beau petit à petit, et depuis le 28 décembre, les journées comportent de nombreuses séances de beau soleil, entrecoupées de courtes averses vite oubliées.

PC250606.JPGPC250601.JPGPC250589.JPGPC250603.JPG

25/12/2012

La lune et la montagne

Fin de journée, vue sur la montagne située derrière ma maison.

PC240561.JPGPC240567.JPG

21/12/2012

Deux photos marquantes des inondations (photos La Dépêche)

Une voiture en panne sur la route de la ceinture inondée à Punaauia.

Une maison et une voiture inondées à Moorea.

 

yes2.jpg

yes1.jpg