Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

05/03/2013

Hinarani de Longeaux, 1ère dauphine Miss France, assistante parlementaire au Sénat : un cadeau empoisonné ?

Au départ, l'info était apparue il y a un mois à la fin d'un article d'un correspondant de Moorea dans la Dépêche, à l'occasion d'une visite de Miss Tahiti auprès de collégiennes : Hinarani de Longeaux va travailler au Sénat. Mais, l'intéressée avait démenti vigoureusement cette info dès le lendemain dans le premier quotidien de Tahiti, assurant qu'elle partait en France pour trouver des opportunités dans le mannequinat et les médias. Elle avait ensuite confirmé ces pistes lors de sa dernière interview à la Dépêche (voir la vidéo) avant de prendre l'avion pour l'hiver métropolitain. Et,  cette semaine, coup de théâtre, tous les médias polynésiens ont relayé l'info sortie par TNTV (chaîne locale) : le sénateur tahitien indépendantiste Richard Teheiuva (l'un des plus jeunes sénateurs de France, avocat de profession), affilié au PS, a embauché Miss Tahiti comme assistante parlementaire. Est-elle chargée des questions relatives aux essais nucléaires ou responsable de la communication, le flou demeure. Ce qui est sûr, c'est que cette nomination a surpris tout le monde au fenua, et a entrainé beaucoup de réactions négatives. Il suffit de voir le sondage en ligne en cours sur le site de la Dépêche : à la question, "Trouvez-vous normal l’embauche d’Hinarani de Longeaux comme assistante parlementaire au sénat ?" 75 % des votants assurent que "non", et le oui n'emporte que 15 % des suffrages, pour l'instant. Sur le web, on peut aussi lire des commentaires peu amènes : "une bombe pour parler des essais nucléaires, quel beau choix", "c'est une insulte pour les jeunes tahitiens qui font de longues études", "elle cherche à se trouver un vieux pleins de frics", etc. Il est vrai que la 1ère dauphine de Miss France n'a pas du tout le profil de la fonction. Aucun passage sur les bancs de Sciences Po, aucune expérience dans des services municipaux ou gouvernementaux, aucun diplôme médical ou scientifique (quelle compétence a-t-elle sur les essais nucléaires ?)... On se demande quel mouche a piqué le sénateur, car assistant parlementaire, c'est un vrai métier qui nécessite de sacrés compétences, de véritables connaissances et un savoir-faire. J'en ai connu quelques-uns au cours de mes années de travail dans les mairies de métropole, et franchement ils avaient tous de belles références. Là, Hinarani, malgré tout le charme, l'intelligence et la classe qu'on lui connaît, peut juste se targuer, en dehors de ses années de mannequinat, d'avoir travaillé en tant qu'attaché de direction dans une agence de voyages. C'est un peu léger pour la fonction d'assistante parlementaire. Néanmoins, comme cette jeune femme a un sacré appétit de réussite, ce cheminement unique dans les annales pour une 1ère dauphine de Miss France me donne une idée : et si elle se préparait un CV en béton pour le concours de Miss Univers ? Il ne faut pas oublier que, durant l'élection de Miss France, Miss Tahiti a perdu la tête du vote du public quand Miss Bourgogne a parlé de ses études de médecine et qu' Hinarani n'a uniquement mis en avant sa carrière de mannequin. C'est ce détail qui a fait pencher la balance en faveur de Miss Bourgogne, du côté du public. Peut-être que Miss Tahiti, qui a avoué se préparer à Miss Univers même si le comité Mis France ne l'a pas encore décidé, essaie d'améliorer son CV...

Sinon, il y a une autre explication possible : le sénateur pourrait en avoir marre de voir le dossier des conséquences des essais nucléaires en Polynésie ne pas avancer, avec le pouvoir socialiste dont il est pourtant proche. Un peu de com' sur cette affaire, grâce à cette jolie jeune femme, est un moyen comme un autre dans notre société médiatique pour débloquer la situation...

En tout cas, de mon côté, après avoir été choqué par cette info, j'attends d'avoir les explications du sénateur et de la miss pour comprendre et juger. Pour l'instant, aucun des deux ne veut parler aux médias. C'est tout de même bizarre pour une assistante parlementaire qui aura peut-être un rôlé à jouer dans la communication globale du sénateur. Il y a trop de flou, Hinarani, il est temps de prendre la parole avant que cette nomination ne devienne un cadeau empoisonné... D'autant qu'une Miss n'a pas le droit de s'engager pour un quelconque parti politique. Or, même si le comité Miss Tahiti ne voit aucun problème dans cette embauche, on attend de connaître la position du comité Miss France, car un poste d'assistant parlementaire est un vrai engagement aux côtés d'un  élu et il s'agit de l'aider à défendre ses convictions politiques... Quoiqu'il arrive, Hinarani,  faitooto (bon courage).

Ci-dessous, photo de Hinarani de Longeaux avec le sénateur Richard Teheiuva, sous les dorures du Sénat (photos Les Nouvelles de Tahiti).

203105_art2_09_img_0[1].jpg

 

Les commentaires sont fermés.