Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

22/01/2013

Saison des pluies, c'est aussi la valse des virus !

Gastro violente, rhume interminable, otite douloureuse, infection au staphylocoque doré... Toutes ces belles maladies sont fréquentes en saison sèche à Tahiti, mais elles s'épanouissent encore plus en saison humide. Sans compter les cas qui peuvent être gravissimes de leptospirose, une maladie que l'on attrape en mettant une plaie au contact d'une eau infectée par de l'urine d'animaux (rats, chats, etc). Et la sacrée grippe va bientôt se développer, heureusement après que les matahiapo (anciens) ont reçu leur vaccin gratuit.

Bref, quand en Europe, on lie les maladie au froid hivernal, ici c'est plutôt l'été qui peut être infernal. La forte chaleur et l'humidité élevée entraînent une valse des virus comme j'en ai peu vu dans ma vie. En fait, avec nos pauvres anti-corps adaptés à l'Europe, nous ne pesons pas lourds face aux maladies locales. Depuis mon arrivée au fenua, je rencontre mon médecin entre 2 et 3 fois par mois et le budget pharmacie-consultation est devenu pour la famille l'une des dépenses les plus importantes après le loyer et les courses hebdomadaires. On est donc plus malade qu'en France. Et on comprend mieux pourquoi le peuple marquisien, qui comptait près de 100 000 membres, avant l'arrivée des Européens, a été décimé en quelques décennies par les maladies importées, pour n'atteindre que 2 000 membres au 20e siècle, avant de connaître ensuite un nouveau bond démographique. Merci les médicaments ! Ceci dit, ces petits problèmes n'enlèvent en rien mon plaisir de vivre au fenua, je dois seulement attendre quelques années pour que mes anti-corps deviennent véritablement "locaux"...

Les commentaires sont fermés.